2016-07-05_21.14.57[1]

Alors que la rupture du jeûne marquant la fin du ramadan aura lieu ce mercredi 6 juillet, la Maison des examens d’Île-de-France a annoncé qu’elle permettra aux lycéens qui le souhaitent de différer à jeudi leur convocation au rattrapage du baccalauréat. Il s’agit d’une décision conforme à une circulaire de François Fillon datée du 18 mai 2004 lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Ainsi, les membres de l’ex-UMP qui, tels Messieurs Ciotti et Copé, font mine de s’indigner de ce qu’ils ont eux-mêmes mis en place en 2004, atteignent le sommet de l’imposture. Ces coups de mentons ne feront pas oublier aux Français l’immense responsabilité qu’ils portent dans la situation délétère actuelle !

Mise en place par l’UMP, aujourd’hui appliquée par le PS, cette circulaire est une grave entorse à la laïcité et démontre combien le gouvernement est faible dans la lutte contre le communautarisme qui gangrène notre pays. Si l’État garantit la liberté de culte, il n’a pas en revanche à répondre aux exigences communautaristes et encore moins à les devancer.

Il est inacceptable qu’un calendrier religieux prime et permette ainsi de déroger aux procédures habituelles qui doivent s’appliquer à l’ensemble des élèves. Le communautarisme doit être combattu par l’application stricte du principe de laïcité des institutions et la réaffirmation de notre identité nationale commune.